Surf – Interview Pauline Ado « Le surf c’est ma passion, ma drogue »

0
492
Pauline Ado - Le suf sa passion, sa drogue

Il y a quelques jours nous vous avons annoncé que la surfeuse française Pauline Ado rejoignait l’agence O2 Management pour l’accompagner dans sa carrière. Nous avons eu la privilège de poser quelques questions à Pauline Ao où elle nous parle de son sport, de sa carrière, des l’image de son sport et de sponsoring. 

Pauline Ado : « Le surf c’est ma passion, ma drogue »

Pauline, peux-tu te présenter stp pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je suis une surfeuse professionnelle de 25 ans ayant grandi au pays basque, une région où je vis encore actuellement. J’ai commencé le surf à l’âge de 8 ans alors que mes parents ne connaissaient absolument pas ce milieu. A mes débuts, je n’aimais pas la compétition mais j’ai vite changé d’avis suite à ma première victoire à l’âge de 10 ans. A partir de ce moment, mes ambitions ont augmenté petit à petit jusqu’à ce que je réalise mon rêve de devenir surfeuse professionnelle.

Que représente le surf pour toi? Quels sont tes objectifs pour cette année ?

Le surf c’est ma passion, ma drogue. J’aime le contact avec l’océan, cette « quête » de dompter les vagues bien que l’élément naturel nous rappelle toujours qu’il est plus fort que nous. En surf, il n’existe pas deux vagues identiques. Il n’y a jamais de routine et c’est ce qui me plaît.

Cette année, j’ambitionne de me re-qualifier dans le top 17 mondial. J’en ai fait partie de 2011 à 2014. Pour cela, il me faut terminer dans les six premières du circuit qualificatif mondial.

Surf-Pauline-Ado-surf-ma-drogue
Pauline Ado dompte la vague !

Pour nous, Pauline Ado, c’est une femme « engagée » depuis le visionnage de ta vidéo buzz, qui défie les clichés du surf. Explique nous cette sortie médiatique.

Cette vidéo au départ, c’est partie d’une discussion drôle entre amis sur l’image du surf féminin. C’était une façon humoristique et légère de parler d’un sujet plus sérieux. Je n’aurais pas imaginé que la vidéo ait autant d’impact. 

C’est aussi cette image « sexy » qui permet pourtant une certaine médiatisation du surf féminin non?

Oui bien sûr et nous aurions tord de ne pas nous servir de l’aspect glamour de notre sport qui fait rêver. La plupart des surfeuses mettent en avant de façon très élégante ce côté. Ce qui est dérangeant en revanche, ce sont les dérives dont on peut être témoin… Dans cette course à la visibilité, on voit parfois des choses limites, vulgaires qui à mon sens ne sont pas positives pour notre sport. Je pense que les jeunes filles qui ambitionnent de faire carrière actuellement en viennent à se demander si il faut passer par là pour y arriver… ce n’est pas normal.

Quelles ont été les réactions de tes sponsors suite à cette vidéo?

J’entretiens avec la plupart de mes sponsors des relations de longue date. Ils me connaissent bien. Cette vidéo les a fait rire.

Pauline Ado : « Avec mes sponsors, j’aime sentir que je fais partie d’une équipe »

D’ailleurs, quelle relation entretiens-tu avec tes sponsors? Qu’est-ce que tu recherches particulièrement chez un sponsor ?

Comme je disais, beaucoup de mes sponsors me connaissent depuis longtemps. Avec mes partenaires, j’aime sentir que je fais partie d’une équipe, comprendre leur stratégie et apporter ma contribution dans leur développement. Pour moi, ce qui est important c’est de croire en leur produits, leurs valeurs et d’être fière de les représenter.

Tu viens de t’engager avec l’agence de marketing sportif O2 Management, peux-tu nous en dire plus ?

Actuellement, j’ai besoin de m’entourer de professionnels en qui j’ai confiance pour gérer certains aspects de ma carrière. Je veux me concentrer au maximum sur mon sport et laisser le reste entre les mains de personnes compétentes. J’ai aimé la vision de O2management et nous avons donc naturellement commencer un partenariat.

Tu es bien présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter). Que t’apporte ces outils ? Est-ce que tu les gères seule ?

Les réseaux sociaux peuvent être contraignants au quotidien mais c’est quelque chose que j’aime bien faire. Je les gère moi-même et je n’aimerais pas que quelqu’un le fasse à ma place. C’est un lien direct avec les gens qui me suivent. Je peux leur faire partager des aspects de mon sport, mon quotidien, mes victoires, mes défaites et je suis libre d’y mettre ce dont j’ai envie. Sentir une communauté derrière soi est aussi très motivant.

Ta vidéo « Heading South » a également été virale sur le net, produis-tu personnellement tous ces contenus vidéos? Doit-on s’attendre à voir arriver d’autres vidéos? D’autres destinations ?

J’ai la chance d’avoir un copain passionné de photo et de vidéo (©riblanc). Il produit donc pas mal de mes vidéos et a notamment fait « Heading South ». Cela me permet de partager d’une autre façon des aspects de mon quotidien de surfeuse pro. Nous avons récemment publié une vidéo de surf en méditerranée. Ce sont souvent des déplacements de dernières minutes au gré des conditions météo. Il y en aura d’autres bien sûr :).

Le surf aux JO, c’est possible ?

Oui et apparemment nous avons de bonnes chances d’être présent à Tokyo en 2020. Les JO dans la carrière d’un sportif, c’est le graal et ce serait pour moi un rêve d’en faire partie un jour. Je suis une fan de sport et cet évènement m’a toujours passionnée. Ce serait un vrai bond en avant d’être présent au JO, on croise les doigts.

Tu as le dernier mot !

J’aimerais juste faire un petit clin d’oeil à l’Association Handi Surf dont je suis la marraine. Ils font un énorme travail pour rendre le surf accessible à tous et c’est toujours des moments inoubliables. N’hésitez pas à suivre leurs actions et les soutenir (handi-surf.org)

Nous remercions chaleureusement Pauline Ado de nous avons accordé de son temps pour cette interview et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de la saison.

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire