Sport féminin : les idées reçues (infographie)

1
1311
Havas Sports & Entertainment et la Chaire de Marketing Sportif de l’Essec ont mené une étude avec comme objectif d’analyser le potentiel marketing du sport féminin. Résultat? Certaines idées reçues n’ont finalement pas lieu d’être. Dans l’infographie vous trouverez les trois principales!

Tandis qu’en 2012 plus de 80% des montants investis par les 100 premiers sponsors en France concernaient le sport masculin, seuls 3% de ces investissements concernaient le sport féminin , la différence représentant des investissements « mixtes » comme Roland Garros. Cette disproportion reflète-t-elle la valeur réelle qu’aurait aujourd’hui à offrir le sport féminin à des investisseurs ? Caroline Le Moal, directrice du développement Havas Sports, explique que « certaines idées reçues ont la vie dure et masquent le potentiel encore largement inexploité du sport féminin, dont le R.O.I peut s’avérer spectaculaire pour des annonceurs ou des médias, en comparaison d’investissement sponsoring plus traditionnels. »

1. Les femmes ne feraient pas de sport

Vielle idée, qui a encore la dent dure, la pratique du sport ne serait pas pour les femmes. Or, si l’on se penche sur la pratique de masse, on constate que 51% des pratiquants de sport de 15 ans et plus sont des femmes. Elles composent d’ailleurs plus du un tiers des licenciés sportifs français. Ce vivier de pratiquantes porte également ces fruits au sein de l’élite puisque 40% des médailles internationales (toutes disciplines confondues) remportées en 2012 par la France l’ont été par des femmes.

2. Le sport féminin ne serait pas regardé à la télévision

Au regard des grands événements de sport masculin, tels que la Ligue des Champions ou encore le Tournoi des 6 Nations qui drainent des audiences importantes, le sport féminin ne parait pas faire le poids. Mais si l’on se plonge dans le Top 20 des meilleures audiences sportives de l’année 2012, 6 sont liées au sport féminin avec notamment la demi-finale France/Russie de basket-ball lors des Jeux Olympiques de Londres avec ses 7,7 millions de téléspectateurs. Cet événement planétaire nous permet d’ailleurs de nous rendre compte que lorsque le sport féminin est logé à la même enseigne que son homologue masculin, il draine tout autant de téléspectateurs. En effet, 50% des meilleures audiences des Jeux Olympiques de Londres concernaient des épreuves féminines.

3. Le sport féminin ne serait pas intéressant

Enfin, peu pense que le sport féminin pourra un jour rivaliser avec son équivalent masculin mais lorsque l’on interroge les Français, on voit rapidement que la conclusion de certains n’est pas celle de la majorité. En effet, 70% des Français de 18 ans et plus trouvent le sport féminin tout aussi intéressant que le sport masculin, 64% en regarderaient d’avantage s’il était plus régulièrement diffusé à la télévision. Et contrairement à une autre idée reçue, ils ne seraient que 22% à s’y intéresser plus s’il était traité sous l’angle du glamour.

Les idées reçues du sport féminin

1 commentaire

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire