Rugby : Quelle reconversion après une carrière sportive ?

0
1492

Rugby oui… mais après?

L’annonce de la fin de carrière de Sébastien Chabal est tombée hier et il convient alors de se poser la question de sa reconversion. Outre sa carrière sportive, « Caveman » ou « Cartouche » est un des premiers joueurs de rugby qu’il a su vendre son image : ligne de vêtements (Ruckfield), campagnes publicitaires, … Certains l’annoncent comme agent de joueurs (pourquoi pas?), mais sa reconversion la plus réaliste semble être comme coassocié de son beau-frère Patrick Fontaine dans l’entreprise Chabal Sport (vente de terrains multisports) (Lire l’interview réalisé par Lesportbusiness.com) . Tentons de présenter plusieurs reconversions réussies d’anciens joueurs professionnels.

1. Vincent Moscato

 

crédit photo : startwebinfo.com (A droite – image extraite du film le  » Fils à Jo »)

Vincent Moscato était l’archétype du talonneur dur et bien souvent il était à deux doigts de se transformer en véritable « Bad Boys » et choisissait de sanctionner à sa manière les adversaires. Cela lui coûtera même une suspension d’un an après une « fourchette » lors d’un match international. Il a somme toute un palmarès respectable avec, par exemple, un titre de champion de France avec  son club de cœur : Bègles (et la fameuse tortue de Bègles). Son retour au plus haut-niveau a été compliqué et a donc décidé de raccrocher les crampons pour d’abord commencer une carrière d’entraîneur (PUC Rugby). Ce taiseux ne sent pas l’âme d’un entraîneur et ne restera pas longtemps à ce poste.

Commence pour lui, une nouvelle aventure ! Il est d’abord consultant pour France Television (début des années 2000) puis consultant pour Sud Radio (avril 2005). Mais en septembre 2005, RMC l’embarque dans l’aventure de la « Dream Team » et co-animera plusieurs émissions.

Puis vient le temps de la Coupe du Monde 2007, il fera partie de l’équipe de consultants mise en place par TF1  et il sortira de cette compétition comme un des détraqueurs des joueurs du XV de France (à leurs yeux du moins).

C’est alors le début du Moscato Show (remplacement de Radio Moscato crée en 2006, diffusée de 22h à 00h), une émission diffusée alors de 18h à 20h où lui, Pierre Dorian, Eric Di Meco et Maryse Ewan-Epee refont l’actualité en compagnie de consultants exceptionnels comme Sébastien Chabal ou Bernard Laporte, …

A toutes ses activités, il faut rajouter une participation en tant qu’acteurs à différentes séries et films. Il a notamment été salué pour son interprétation de « Ponpon » dans le « Fils à Jo ».

Il a aussi été remarqué dans l’émission de télé-réalité « la 1ère compagnie » au côté de Jean Roucas, Jean-Pierre Castaldi Pascal Gentil

Il ne faut pas oublier une carrière en tant que comique car il  s’est lancé dans l’aventure du One Man Show avec un premier spectacle (un deuxième est en préparation).

2. Patrick Soula

crédit photo : autourdurugby.org

Cet ancien talonneur du Stade Toulousain (6 fois champion de France – 1 H Cup) est un de ces joueurs qui n’ont pas ou peu connu le rugby professionnel. Ayant fait toute sa carrière au sein du Stade Toulousain, il a cherché un moyen de profiter sa notoriété. En 1993, ce passionné par les Etats-Unis, décide de se lancer dans l’aventure de la restauration en créant le premier Tommy’s Cafe  à Toulouse près du Pont de Guilheméry. Le concept de ce restaurant : une carte gastronomique sur fond de décoration « Ricaine » (selon ces mots dans un entretien sur la dépêche) et plus particulièrement années 50 (très coloré). La bonhommie du nouveau propriétaire va permettre au restaurant de devenir un endroit « hype » de la ville rose.

9 ans plus tard, il décide de transférer le Tommy’s Café à Labège et choisit un hangar ressemblant à une caravane, décoré de pompes à essence et de murs roses. Le succès est là avec une moyenne de 850 couverts par jour et 4 autres restaurants suivront dans les années suivantes : Avignon (2008), Montauban (2009), La Réunion (2010) et Montpellier (2011).

En 2012, cela fut une année charnière car plusieurs franchises ont ouvert :  Jaux (60), Beauvais (60), Claye-sous-Bois (78), Caen (14), Angers (49)…

 

3. Serge Blanco

crédit photo : rugbynistere.fr

Force est de constater que l’actuel président du Biarritz Olympique est un véritable homme d’affaires (malgré quelques déconvenues financières). En 1983, cet ancien ouvrier de chez Dassault (avion) est devenu employé en charge des relations publiques de la société Pernod (alcool) sur un conseil de son ami Jean-Pierre Rives et exerça cette activité pendant 9 ans. Dès 1991, il commence à avoir des idées entrepreneuriales et décide de s’associer au kinésithérapeute du Biarritz Olympique (Michel Clus) dans un projet de thalassothérapie. Le premier centre « Serge Blanco » sortira de terre en 1991 dans une ZAC d’Hendaye et un autre suivra en 1996 dans le centre-ville avec le rachat de l’hôtel Ibiza.

« Le Pelé du rugby » attendra la fin de sa carrière sportive pour se lancer dans l’aventure d’une création d’une ligne de vêtements portant son nom « Quinze – Serge Blanco » qu’il lance en collaboration avec le Toulousain Jean-Jacques Lauby. Dans les faits, il ne possède pas beaucoup de magasins mais ils existent de nombreux magasins franchisés (qui lui reversent une prime d’intéressement au Chiffre d’Affaires).

Il a aussi racheté le château-hôtel de Brindos (à Anglet) qu’il a fait rénover pendant près de 2 ans et cet hôtel-restaurant (4 étoiles) a rouvert en 2002.

Parallèlement à ces activités économiques, il a pu exercer des mandats dans différentes fonctions de dirigeants sportifs, notamment président de la Ligue Nationale de Rugby  (1998/2008) où il a permis de développer le Top 14 et en faire le championnat qu’il est aujourd’hui. Il est aussi membre du Comité Directeur de la FFR (depuis 2008) et fait même partie des 8 vice-président de la fédération (en charge du Grand Stade et du rugby professionnel).

4. Bernard Laporte

crédit photo : blog-rct.com

Bernard Laporte, alias « Bernie le Dingue », est l’actuel manager du Rugby Club de Toulon et a resigné jusqu’à 2016 dans le club de la rade. Connu pour ses envolées lyriques ou ses coups de gueules qui lui jouent parfois des tours (suspension de 13 semaines pour avoir traité de « pipasse » un arbitre). De son passé de joueur (ancien demi de mêlée de Bègles) est resté une envie de gagner, une énergie débordante qu’il communique aux gens qui l’entourent et ça toujours été un véritable meneur d’hommes. Pour l’anecdote, il s’est tourné vers l’entraînement car il a eu peur de ne plus pouvoir jouer au rugby (en raison d’un accident) et depuis il n’a pas arrêté.

En tant qu’entraîneur, il est passé par Bègles et le Stade Français avant de devenir sélectionneur du XV de France (1999-2007).

Il s’est lancé dans la politique en devenant secrétaire d’Etat chargé au Sport (2007-2009), lors du mandat de Nicolas Sarkozy. Passage bref car il n’a pas eu assez de temps pour lancer une véritable politique sportive.

L’homme est « bankable » et attire des entreprises pour des campagnes publicitaires, lui rapportant pas loin de 700 000 euros (en 2007). L’homme est propriétaire de plusieurs casinos, restaurants ou campings mais on peut rajouter des investissements dans l’immobilier, … En tout, c’est une quinzaine de sociétés qu’il dirige avec par exemple l’entreprise BeRugBe.

En 2010, Il fait partie des actionnaires de l’Office des Paris en Ligne et il est de l’aventure de la création de la communauté Fan2Sport (avec Yannick Noah, Basile Boli ou Denis Charvet).

5. Les frères Lièvremont

crédit photo : cotebasquepeople.blogs.sudouest.fr

Dans la famille Lièvremont, je voudrais Marc et Thomas. Les deux frères « coéquipiers » car ils ont porté tous deux le maillot de Biarritz Olympique (entre 2000 et 2002). Marc continua alors sa carrière de joueur et Thomas a commencé une carrière d’entraîneur (Espoirs de Biarritz).

Thomas a continué sa carrière d’entraîneur, jusqu’à l’emmener au poste de sélectionneur du XV de France (2007-2011). Marc, quant à lui, arrêtera sa carrière en 2008. A la fin du mandat de sélectionneur, ils se retrouvent comme consultant sur la chaîne cryptée Canal +.

Ils sont propriétaires du restaurant « Le Bar de la Côte Basque » et d’un SPA (Spa Makila au Golf de Bassussary) et c’est ce nouveau métier qui a incité Marc à se lancer dans les conférences ou séminaires pour des entreprises afin de mettre son expérience de manager sportif allié à son vécu de « businessman ».

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire