Owens l’athlète noir face à Hitler aux Jeux Olympiques de 1936

0
12
Owens face a Hitler aux JO de Berlin en 1936

On l’a déjà montré avec John Carlos et Tommie Smith, les Jeux Olympiques peuvent être la vitrine parfaite afin d’effectuer des revendications politiques. En pleine période nazie en Allemagne, les Jeux Olympiques de 1936 sont organisés à Berlin. Le Führer Adolphe Hitler au pouvoir depuis 1933 compte sur ces Jeux afin de montrer la supériorité de la race aryenne. Seulement, un athlète noir américain, Jessie Owens vient remporter 4 médailles d’or au nez et à la barbe des grands et beaux allemands. Une victoire sur l’idéologie hitlerienne certes mais qui fut par la suite instrumentalisée et dont l’histoire fut à de nombreuses reprises déformée pour lui faire dire tout et n’importe quoi.

Les Jeux Olympiques et l’Allemagne d’Hitler

Berlin, 1936. Cette année c’est la grande Allemagne hitlérienne qui accueille les Jeux Olympiques. Des croix gammées partout dans les stades et les spectateurs effectuent le salut nazi devant Hitler au son des « Heil » « Heil ». Après son putsch râté de 1923, Hitler compte sur la nationalisme pour arriver au pouvoir. La « Résistible ascension » entre 1929 et 1932 de l’autrichien de naissance fut possible grâce aux politiciens qui ne voient pas en lui quelqu’un de dangereux.

Hitler Jeux Olympiques en 1936 racisme nazi Owens

La Flamme Olympique à son arrivée à Berlin

Quoiqu’il en soit, le chancelier fortement marqué par la défaite voire l’humiliation de l’Allemagne lors de la première guerre mondiale a pour objectif de faire oublier cette honte d’une part en faisant la guerre, mais également par le sport, en montrant que les sportifs allemands sont les meilleurs et qu’aucune nation ne pourra faire de meilleurs résultats que ces derniers. Il souhaite faire de ces Jeux Olympiques berlinois la vitrine de la force allemande et un outil de propagande afin de démontrer la supériorité de la race allemande, la race aryenne, la seule tout puissante. Seulement, un athlète noir américain vint gâcher cette fête.

Owens, l’athlète noir face à Hitler?

Il s’agit de Jesse Owens, athlète américain né en 1913 à Oackville est LA star de ces Jeux Olympiques. Il est l’un des principaux acteurs en athlétisme: 2 mois avant le début de Jeux, il réalise la meilleure performance de tous les temps sur 100 mètres en 10 s 2. Un an avant les Jeux, sa performance en saut en longueur fut monumentale! 8m 13, une performance qui fut battue près de 25 ans plus tard! Il est engagé pour ces Jeux dans plusieurs épreuves: 100m, 200m, saut en longueur mais également les relais par équipe. Il sera l’homme à battre pour les athlètes allemands.
Après une qualification facile pour Owens en finale avec notamment un record du monde égalé en quart, a lieu le 3 août 1936 la finale du 100 mètres. Il remporte lors de cette course sa première médaille d’or en 10 s 3 devant son compatriote Ralph Metcalfe, 2e en 10 s 4.

Jesse Owens 100m Jeux Olympiques Berlin 1936 Hitler médaille d'or

Le 4 août, il participe à la finale du concours du saut en longueur. La volonté de montrer la supériorité allemande trouvera son apogée lors du concours de saut en longueur, dans l’affrontement entre Owens et Lutz Long. Long, Allemand typique, grand blond aux yeux bleus sera celui qui fera triompher devant le monde entier l’idéologie hitlérienne. Il bénéficie du soutien d’un stade tout entier acquis à sa cause. C’est alors dans cette atmosphère spéciale que se déroule une scène à laquelle personne ne s’attendait. Alors que l’Américain a raté les deux premiers essais du saut en longueur, Long s’approche de lui afin de discuter. D’abord nerveux et suspicieux, Owens se laisse aller et discute avec l’Allemand. Les notions de racisme, de race supérieure et l’idéologie de haine disparaissent peu à peu. Leurs rapports sont amicaux, et les deux athlètes sont même décontractés, ils sourient même alors qu’ils sont sur le point de sauter ! Owens mène le concours avec 7,87 m. Long revient avec 7,87 m. Mais Owens persévère et réussit 7,94 m, puis 8,06 m pour ses deux dernières tentatives. Il est double médaillé olympique.
Alors que Lutz est le premier à venir féliciter l’Américain, la légende voudrait qu’Hitler soit parti de sa loge pour ne pas assiter au triomphe de l’athlète noir. Cette médaille au saut sera l’une des 4 remportées par Owens lors de ces Jeux Olympiques, ce qui fut durant de nombreuses années un record difficile à battre. A noter que le record de médailles olympiques est à ce jour détenu par le nageur américain Michael Phelps avec 30 médailles entre 2004 et 2012.
5 août 1936, finale du 200m. Owens est ultra favori pour cette course, d’autant qu’aucun concurrent n’a réussi à à lui faire de l’ombre lors des séries. Il s’impose largement en 20 s 7 devant un autre américain Matthew Robinson et remporte sa 3ème médaille d’or de ces Jeux, avec un nouveau record du monde à la clè.

Sa dernière médaille dans ces Jeux sera dans le relais 4×100. Cette course se court sur fond de polémique. En effet, Owens et son comptriote Metcalfe ne devaient en principe pas participer à cette épreuve. Ils remplacent deux athlètes juifs: Marty Glickman et Sam Stoller. Tactique d’équipe où voloté de satisfaire le régime hitlérien?
Quoiqu’il en soit, le relais américain remporte l’or en établissant un nouveau record du monde de l’épreuve en 39 s 8. L’Italie termine deuxième en 41 s 1, l’Allemagne troisième en 41 s 2; Owens quant à lui remporte sa 4 ème et dernière médaille, sous les yeux d’un Hitler médusé.

Owens VS Hitler : Mythe ou réalité ?

Pourtant, les victoires de Jesse Owens furent quelque peu instrumentalisées afin de créer un jolie conte de fée, celui de l’athlète noir-américain qui remporte des médailles devant des Allemands racistes et un führer furieux. Pourtant, Owens lui-même n’eut de cesse de louer les qualités du public allemand pour son support indéfectible lors de chaque épreuve: il fut autant acclamé que chaque autre athlète. De plus, s’il est tout à fait possible qu’Adolphe Hitler ait quitté le stade de rage parce qu’un athlète noir batte les Aryens chez eux, et ait refusé de lui serrer la main, certains ont tenté de montré que cette version n’était que peu proche de la vérité. Jesse Owens lui-même met en avant que les échanges avec le Führer furent cordiaux:


« Hitler didn’t snub me — it was FDR who snubbed me. The president didn’t even send me a telegram. »

« Hitler ne m’a pas snobé. C’est Roosevelt qui m’a snobé. Le président ne m’a même pas envoyé un télégramme. »

 

Ainsi, Roosevelt n’eut aucun mot pour l’un des athlètes les plus brillants de sa génération. Si cette victoire permit à Owens d’être reconnu, elle n’eut pas le mérite de changer sa condition de noir aux Etats-Unis. Malgré ses 4 médailles olympiques, il avait les même droits que tout autre habitant noir aux Etats-Unis: très peu. Il dut attendre les années 1970 et la fin de la ségrégation aux Etats-Unis afin que ses records soient reconnus à leur juste valeur.

Owens fut l’athléte de ces jeux. D’une part par ses victoires, en effet seul Carl Lewis parviendra à rééditer cet exploit par la suite en s’imposant sur les mêmes épreuves qu’Owens lors des Jeux olympiques d’été de 1984 à Los Angeles. Au-delà de l’athlète ce qu’on retient de ces Jeux Berlinois, c’est le symbole. Un athlète noir qui tient tête aux Führer et à ses discours nationalistes. Des médailles qui ont ensuite été utilisées afin que cela coïncide avec l’image que l’on souhaite donner à Adolphe Hitler. Bien que les idées de l’ancien chancelier allemand soient abjectes, il convient de replacer la vérité dans son contexte.

Terminons avec le sport: on l’oublie bien souvent c’est bien l’Allemagne qui termine les Jeux Olympiques en tête du classement des médailles avec 37 médailles d’or, bien devant les Etats-Unis et la Hongrie.

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire