London Double Header : Entretien avec Jerome Riondet de SFR Sport

0
24

Ex-Joueur professionnel de rugby devenu depuis journaliste sportif après avoir songé à couvrir les relations internationales, Jerome Riondet a la particularité d’avoir été le premier français à disputer le plus célèbre et ancien match de rugby universitaire au monde, le Varsity qui oppose chaque année Cambridge à Oxford.

Joueur d’Oxford et décrit à l’époque comme « un caractère, un peu fou et très talentueux » par David Llewellyn dans un papier pour The Independent Jérome Riondet s’est depuis assagi –quoique-.

En tout cas il nous livre chaque week-end sur les antennes de Sfr Sport son amour pour le championnat anglais, un championnat parfois singulier comme cette première journée qui démarre par une désormais traditionnelle et originale confrontation dénommée : le Double Header.

London Double Header

Le Double Header c’est quoi ?

Jerome Riondet : Il s’agit en fait sur un après-midi de faire suivre deux matchs de rugby sur le même terrain. A l’origine il s’agissait des quatre grands clubs londoniens : Harlequins, London Irish, Saracens et les Wasps. Ces dernières années au gré des aléas sportifs (descente des London Irish en division inférieure par exemple, ndlr) d’autres clubs ont été invités mais cette année, on revient à la tradition avec les quatre clubs traditionnels. Et dès l’origine, 2004, cela a fonctionné avec pas moins de 50 000 spectateurs. Alors les Wasps ne sont plus londonien (le club a déménagé sur Coventry) mais leur histoire les situe avant tout dans la capitale londonienne. Franchement j’ai hâte d’y être moi qui ai joué à Londres.

L’an dernier SFR avait mis en place des plateaux pour les avants et après match, c’était plus de 4h de rugby avec des invités exceptionnels autour de toi…même dispositif cette année ?

Oui c’est à peu près le même dispositif. On sera toujours sur une continuité d’antenne de 14h30 à 19h40 à peu près. Cette année se sera Lesly Boistrelle qui officiera en plateau à ma place, elle sera accompagnée de Richard Pool-Jones, l’anglais de service et Abdelatif Benazzi qui lui a joué pour les Saracens, Nicolas Spanghero viendra également en tant qu’ancien joueur des Harlequins.

Une vraie expertise donc

Oui et c’est notre force. François Pesenti (directeur général de SFR Sport) notre patron a fait le choix que je trouve particulièrement judicieux de faire confiance à des gars qui connaissent parfaitement le championnat anglais pour y avoir joué.

Et apprécié…surtout toi

C’est vrai. Je me sens bien dans ce championnat. J’essaie d’ailleurs vraiment de retranscrire ce que je ressens car mon passé de joueur du championnat anglais m’a fait toucher des choses incroyables. Je me rappelle par exemple d’un jour où à la fin d’un de mes premiers match avec mon équipe des Wasps dans le vestiaire on nous a servi du : thé ! (rires). C’est singulier et c’est ce que je veux transmettre à nos téléspectateurs.

Notamment l’esprit et de la culture du rugby anglais

Oui tout à fait. Le rugby anglais a ses spécificités notamment culturelles comme le fait de venir en famille. En grande famille avec le père, la mère, les cousins, les grands-parents, etc.. Nous les anciens joueurs on les connait ces spécificités et on doit justement veiller en tant que commentateur a bien les faire vivre car pour nous cette culture est évidente mais pas forcément pour nos téléspectateurs et nous nous devons de leur transmettre pour mieux leur faire apprécier ce championnat qui est très attractif notamment en terme de jeu

Pour quelles raisons ?

Il n’y a qu’une descente par exemple et le fait d’avoir un bonus d’un point pour 4 essais marqués privilégie l’attaque. On peut perdre et marquer un point, c’est positif. En France on a tendance à réfléchir à comment priver l’équipe adverse du bonus offensif c’est négatif je trouve. Là on a du spectacle avec des joueurs dotés de plus d’une grande technique individuelle. Avec Philippe (Saint André, ex sélectionneur de l’équipe de France et –notamment- ex manager du club anglais de Sale, champion d’Angleterre en 2006) on se régale

Tu connais Twickenham pour y avoir notamment disputé le Varsity avec Oxford devant 75000 spectateurs, quel va être l’ambiance demain ?

Ca va être énorme. Mais attention il n’y a pas un show avec feux d’artifices, éléphants et parachutiste comme savait les orchestrer Max Guazzini en son temps avec le Stade Français Paris Rugby. Là c’est plus familial, très londonien. D’ailleurs le Stade Français et le Racing devraient à mon sens s’inspirer de cette journée pour organiser la leur dans une grande fête du rugby parisien ; une année à Jean Bouin, une autre à l’U Arena. Se serait génial comme le sera la journée de demain où tu te sens réellement au cœur du rugby.

Il n’y a d’ailleurs que le rugby qui peut organiser cela… notamment en raison du comportement des fans. Deux derbys à la suite avec 4 équipes proches, au football se serait impossible.

Oh oui. Mais effectivement d’un point de vue londonien le foot anglais pourrait organiser cela car il y a suffisamment de club de foot à Londres mais se serait compliqué. Ceci dit le foot n’en aurait pas spécialement besoin car les clubs remplissent aisément leurs stades tandis que là…je ne suis pas sur que les London Irish et les Harlequins pourraient à eux seuls remplir un stade de 25 000 places

Tandis que là, avec cette double confrontation c’est quasiment 65 000 tickets vendus (les tickets sont proposés entre 16 et 65 livres et des hospitalités de qualité. Tout le monde est gagnant donc

Absolument. La formule m’apparait excellente. D’une manière générale, les anglais ont cette faculté de respecter la tradition tout en lui donnant une certaine modernité, la force c’est cet ancrage historique je trouve. Autre exemple, l’an dernier, le lendemain de la finale du championnat d’Angleterre (victoire d’Exeter face aux Wasps 23-20) dans le même stade de Twickenham était proposé une rencontre entre l’équipe d’Angleterre et les Barbarians. Pour le fan de rugby tu avais de quoi passer un super week-end de rugby à Londres.

Comme vous allez le vivre avec ton consultant Philippe Saint André ce week-end

Absolument car en plus de la double confrontation du samedi le lendemain on a un Leicester contre Bath. C’est donc une vraiment belle première journée de rugby anglais que nous allons vous proposer sur SFR Sport ce qui je l’espère lancera une très belle saison. 

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire