Interview de Serge Valentin fondateur de Sport Numericus

0
1187

Il y a quelques semaines nous avons publié un article sur l’évènement du sport numérique, Sport Numericus. Aujourd’hui nous revenons sur cet évènement avec l’interview de Serge Valentin co-président de l’agence FairPlay Conseil qui organise Sport Numericus.

Photo Serge Valentin-thumb-400x266-51563

Bonjour M. Valentin. Avant d’évoquer Sport Numericus pouvez-vous vous présenter ?

Je suis dans le monde du sport depuis 1975… Pour l’anecdote, j’ai commencé ma carrière en tant qu’entraîneur de l’équipe de France olympique de planche à voile, puis Directeur du sponsoring et des relations publiques au sein du groupe Perrier, chargé de mission au Ministère de la Jeunesse et des sports, le Comité National Olympique et Sportif Français en tant que directeur de la communication et de marketing. Une formidable expérience. J’ai ensuite rejoint France télécom/Orange en tant que Directeur des partenariats et des relations publiques. Le sport y avait une place très importante.

Fort de toutes ces expériences, j’ai créé en 2009, avec Régis Charpentier, l’agence FairPlay Conseil.

L’agence Fair Play Conseil va organiser la 4ème édition de Sport Numericus. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu’est l’évènement et comment est venu l’idée d’organiser un évènement de ce type ?

Sport Numericus a vu le jour en 2011. L’objectif est simple : rassembler et se faire rencontrer les principaux acteurs du Sport et du Numérique. Ce sont deux univers qui ne peuvent aujourd’hui avancer l’un sans l’autre. Autour de conférences, d’ateliers, de stands d’expositions et d’un espace dédiés aux objets connectés, les professionnels peuvent découvrir les tendances du secteur et trouver des solutions pratiques pour leur développement.

Depuis la création de l’événement, nous faisons un travail d’évangélisation et de formation auprès des instances du sport, des clubs, voir du marché. Le digital prenait de plus en plus d’importance mais il n’existait pas de vraie place de marché, de vrai rendez-vous pour les professionnels autour de cette thématique.

La première édition a eu lieu au cœur du sport à  l’INSEP et les deux suivantes au Stade de France. Cette année, c’est au Stade Jean Bouin le 26 juin que se déroulera Sport Numericus .

sport numericus 2014


A qui est destiné l’évènement et comment peux-t-on le suivre?

C’est avant tout un événement pour les professionnels du sport et du numérique. Il concerne tous les acteurs du sport : les fédérations, les ligues, les clubs sportifs professionnels, les organisateurs d’événements. Nous retrouvons également les médias, les annonceurs qui s’impliquent dans le sport ainsi que les créateurs d’entreprises numériques dédiées au sport.

La meilleure manière de suivre l’événement, c’est de venir le 26 juin au Stade Jean-Bouin, à Paris. Un espace billetterie est disponible sur le site officiel de Sport Numericus (www.sport-numericus.com). Nous proposons un tarif promotionnel jusqu’au 23 mai prochain.

Une retransmission live sera également disponible sur notre site : www.sport-numericus.com.

Après 3 éditions, pensez-vous que le sport français a pris la question du digital au sérieux ?

Oui, à l’évidence. Il y a eu énormément d’opérations et d’activations digitales depuis la création de Sport Numericus. Bien sûr, ce n’est pas nécessairement grâce à nous mais je veux croire que nous y avons un peu contribué. Dans la prise de conscience en tous les cas, je crois que Sport Numericus a joué un rôle de moteur et souvent aider les responsables communication, marketing et du digital dans leur réflexion stratégique pour mettre en place des services et des produits à destination de leurs différents publics.

Les fédérations, les clubs et les sportifs ont très bien compris l’importance du numérique. On le voit quotidiennement, le digital permet au sport français de mieux communiquer et de se rapprocher des pratiquants et des passionnés.

Quelle activation / innovation digitale vous a récemment marquée en France ?

En France, j’ai bien aimé la SociOL Room déployée par l’Olympique Lyonnais. C’est simple à mettre en place et très efficace sur les réseaux sociaux. D’autres clubs ont déjà invité des « twittos » mais jamais dans un espace dédié. C’est assez simple à mettre en place et les résultats sont garantis. Pour des petites équipes, cela peut être très sympa.

Récemment, j’ai apprécié l’activation de Powerade avec le champion du monde de judo Teddy Riner qui se transforme en gardien de but. C’est un athlète que le grand public aime beaucoup, il est charismatique,  disponible. A quelques jours de la Coupe du monde, c’est bien pensé de la part de l’annonceur.

Comme nous l’avons indiqué dans notre article la date et le lieu ont été modifié cette année. pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Sport Numericus se déroulait habituellement en fin d’année. Nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas la meilleure période pour faire venir les clubs professionnels en pleine activité à ce moment de l’année. A l’issue d’une enquête auprès des participants et des inscrits non participants, nous avons pris la décision de modifier la date. Le 26 juin, c’est très bien et nous serons en pleine période de Coupe du Monde, le sport retiendra toutes les attentions.

Autres nouveautés, les prix. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Effectivement, les Prix Sport Numericus changent aussi cette année. Nous récompenserons la sportive et le sportif les plus numérique, l’activation digitale qui aura la mieux exploitée les nouvelles technologies, et grande nouveauté, une start up qui se sera démarquée par son projet alliant sport et numérique.

Les prix sont décernés par un Jury d’expert. On note, avec un petit regret, qu’il n’y a plus de blogueur dans ce panel alors qu’ils étaient présents auparavant, une explication ?

Effectivement, décision pas facile à prendre mais cette année nous souhaitions tout simplement renouveler le jury, afin de ne pas rester trop longtemps figé dans sa composition . C’est un événement B2B, il était important aussi d’intégrer des acteurs l’économie numérique, à savoir, des lauréats 2013, des médias et des journalistes.


Les prix les plus suivis par le grand public seront le sportif/sportive numérique (avec un partenariat avec L’Equipe pour le vote). Combien de sportifs postulent à ce prix et quel est l’intérêt pour le sportif ?

Les sportifs ne postulent pas directement. Ce sont les membres du jury qui se réuniront début juin dans les locaux du journal L’Equipe pour définir une liste de 5 noms qui sera ensuite soumis aux votes des internautes. Ce sont eux qui éliront la sportive et le sportif numérique de l’année. Les 2 gagnants seront présents le 26 juin pour récupérer leur trophée.

Pour le sportif, c’est une récompense plutôt sympa qu’il peut partager avec sa communauté. L’année dernière, c’est Laure Boulleau, joueuse de football professionnel au PSG qui avait remporté ce prix. Laure sera vice-présidente du jury 2014.

Un sportif moins médiatique et qui n’a pas une énorme communauté de fans à t-il des chances de remporter le prix ?

Oui, bien sûr. Nous ne choisissons par les athlètes en fonction de leur notoriété, du nombre de tweets ou de fans sur facebook. C’est la relation avec leurs fans et la gestion intelligente des différents outils de communication qui nous intéressent. Pour compenser l’effet notoriété auprès des internautes et les passionnés qui voteront, le vote du jury est pris en compte.

Un dernier mot ?

Je donne rendez-vous à tous les professionnels du sport et du numérique le 26 juin au Stade Jean-Bouin. Pour les personnes qui souhaitent agir, rencontrer et développer de nouvelles stratégies dans le sport grâce au numérique, c’est l’événement et le rendez-vous incontournable.

Merci pour votre intérêt et bonne continuation à votre blog que je consulte régulièrement.

Nous remercions Serge Valentin pour le temps consacré à cette interview.

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire