Interview d’ Arnaud Simon, Directeur général d’Eurosport France pour évoquer le dispositif Roland-Garros 2015

0
810

Eurosport a révélé jeudi 30 avril 2015 son dispositif Roland-Garros qui a été renforcé avec notamment l’arrivée de Camille Pin, présente dans l’émission « Double Dames », de Chris Evert, vainqueur 7 fois à Roland-Garros entre 1974 et 1986. A cette occasion, Arnaud Simon, Directeur Général d’Eurosport France s’est exprimé sur son rôle et le nouveau système intégré aux abords des courts de tennis pour recueillir les impressions des experts.

 

Arnaud Simon : « Mon job, c’est le contenu, la production et l’éditorialisation de nos droits et de tous nos programmes. »

 

Quel est votre rôle au sein d’Eurosport ?

A ce jour, je suis patron d’Eurosport France mais c’est vrai qu’aussi, je consacre de plus en plus mon temps à mon rôle de patron du contenu et de la production tv du groupe Eurosport sur la chaîne pan-européenne qui est basée à Paris, mais j’ai aussi également un rôle d’accompagnement et de développement. Voilà, c’est ça mon job. Mon job, c’est le contenu, la production et l’éditorialisation de nos droits et de tous nos programmes.

Arnaud Simon, DG Eurosport France

Et l’implication dans tous les gros dispositifs comme Roland-Garros…

Exactement. Oui parce que là, tout le monde se rejoint. Donc, là il y a besoin d’avoir une coordination à minima de tous nos moyens.

Ce nouveau système de caméra au bord des courts pour recueillir les impressions des spécialistes, comment se met-il en place exactement ? On le verra à l’antenne entre les points?

C’est ça qui faut qu’on mette en musique. Il y a déjà d’abord les changements de côtés qui sont privilégiés mais pas que, puisque l’idée c’est d’essayer de les insérer (ces moments aux abords des courts). ces petits moments, par exemple, si à un moment le joueur a mal derrière la cuisse, regarde son coach… là ça va être important parce que là, on va peut-être avoir des petites indiscrétions qui vont rapporter des petites informations car dans ces cas-là, on fera un petit écran en haut à gauche par exemple, où on aura la personne qui parle, qui va dire des choses comme « il a appelé le soigneur ; le soigneur a fait une grimace, ça sent pas bon ou au contraire etc.

Mais ce sera sous quelle forme ? Des chuchotements ?

Oui, voilà ce sera des chuchotements parce que déjà c’est l’esprit sport co. Lorsqu’on est spectateur et qu’on parle, on est discret…

 

Arnaud Simon : « En tant que contenu, évidemment, ça ferait sens d’avoir aussi Wimbledon sur Eurosport »

 

Discovery a terminé le rachat d’Eurosport France en début d’année, est-ce que cela va impliquer des changements dans l’organisation de vos événements, comme Roland-Garros ? Comment ça va se mettre en place ?

Il y a du changement mais c’est plus de l’ordre de la progression, de l’évolution, de l’amélioration de notre traitement. Peter Hutton, qui vient d’être nommé patron du groupe Eurosport, directeur général, attache beaucoup d’importance à la qualité de nos traitements, la montée en gamme, la montée en puissance aussi du dispositif. Donc, ce n’est pas simplement acheter des droits ; évidemment, c’est essentiel et c’est ce qui est déjà en train d’être fait, que ce soit au niveau pan-européen ou local mais c’est aussi les accompagner, raconter une histoire en global et dans chaque pays, c’est pour cela que l’on développe aussi d’autres fenêtres dans nos pays pour être capable d’être plus proche des abonnés.

Pensez-vous qu’un jour, vous aurez Wimbledon afin de couvrir les 4 grands chelems ?

On regarde toujours tous les droits. Pour tous les droits qui reviennent sur le marché, on se pose des questions. Pour l’instant, ce n’est pas d’actualité. Maintenant, on a trois Grands Chelems. En tant que contenu, évidemment, ça ferait sens [d’avoir aussi Wimbledon]. Mais, ce n’est pas comme si on n’était pas présent sur un sport. Maintenant, cette question se posera quand les droits seront revenus sur le marché. Ça dépend des territoires aussi. Le calendrier n’est pas le même sur tous les territoires. Et puis il faut réfléchir économiquement. Est-ce que ça a du sens ? Editorialement, forcément, ça en aurait un.

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire