Fabien Paget, Fondateur d’O2 Management, agent de tennis

0
3101

Le joueur de tennis français, Nicolas Mahut a lancé un nouveau site web, l’occasion pour nous d’aller à la rencontre de Fabien Paget, l’agent de Nicolas qui a lancé son agence O2 Management.

Bonjour Fabien Paget merci de nous accorder cette interview. Pouvez-vous vous présenter ?

fabien paget 2Bonjour, Fabien Paget, 30 ans. Diplômé de deux écoles de commerce dont l’Ecole Supérieure de Commerce de Bordeaux-Ecole de Management en 2007. J’ai débuté chez Nike France (2004/2006) au sein du département Sport Culture / Sports Marketing puis la Mouratoglou Tennnis Academy (2007/2011) en tant Responsable Marketing / commercial. En 2010, j’obtenais ma licence d’agent sportif auprès de la Fédération Française de Tennis. En 2011, je montais mon agence 02 Management, spécialisé dans le management d’athlètes et le conseil en marketing sportif auprès de marques et entreprises.

O2 mana

Quel sont les joueurs que vous représentez et comment on arrive à les avoir ?

J’ai travaillé avec Kenny De Schepper, depuis ses débuts. Kenny réalise une très belle carrière et à de grandes ambitions. Aujourd’hui, je suis l’agent de plusieurs joueurs du tennis Français tel que Paul-Henri Mathieu, Nicolas Mahut, Julien Benneteau, Adrian Mannarino, Pierre-Hugues Herbert, Maxime Teixeira ou encore Quentin Halys, joueur montant du tennis Français, ½ finaliste junior à l’Open d’Australie, en Janvier dernier.

Depuis cette interview Fabien Paget est devenu l’agent pour la zone europe de Serena Williams.

Avant tout, chaque collaboration est le fruit d’une rencontre et d’une volonté commune de travailler ensemble. En parallèle, nous partageons une vision commune en termes d’objectifs et de stratégies.

Comment devient-on agent ?

Depuis plusieurs années, la profession d’agent sportif en France dans le tennis est réglementée par l’obtention de la licence d’agent sportif, délivrée suite à un examen, par la FFT. La Fédération Française de tennis est très impliquée et un vrai travail visant à professionnaliser le métier a été instauré. La FFT soutient les agents sportifs pour permettre de professionnaliser cette branche en pleine extension. Je suis très favorable à l’engagement de la FFT dans ce domaine.
L’examen se compose d’un tronc commun à l’ensemble des agents sportifs sur des questions relatives au droit en général (social, du sport, fiscal, contrats, …) suivi d’une épreuve « spécifique » liée au tennis qui porte sur les règlements (FFT, ATP, WTA). (Toutes les infos ici).

Une différence entre agent de tennis et de football ?

C’est effectivement très différent, de part la nature de chacun de ces sports (sport collectif et sport individuel). L’activité principale de l’agent de joueur de football est centrée principalement sur les transferts de son joueur d’un club à un autre, ce qui n’est pas le cas pour le joueur de tennis (même s’il existe des périodes d’interclubs). L’agent de foot se rémunère donc via des commissions sur les transferts alors que l’agent de tennis se rémunère via les contrats sportifs ou d’images dont bénéficie le joueur.

Quel est votre travail au quotidien ?

Mon travail au quotidien est très diversifié et très polyvalent. Je réponds à tous les besoins des joueurs dont j’ai la responsabilité. J’apporte des solutions à toutes leurs problématiques dans les meilleures conditions possibles. L’agent fait partie intégrante de l’équipe qui accompagne le joueur. Elle est composée du coach, du préparateur physique, du physiothérapeute et pour certains joueurs de sa famille. Pour réussir, c’est un travail commun de tous les instants ensemble ce qui permet d’atteindre les objectifs que le joueur s’est fixé.

Pour ma part, je valorise les intérêts de chacun des athlètes tant auprès des marques, des sponsors. Je gère également les sollicitations médiatiques. Chaque athlète est différent et on n’accompagne pas un joueur de 30 ans comme un jeune de 17 ans. Le travail et les attentes sont différentes d’où l’importante de bien connaître le joueur tant sur le plan de sa personnalité que d’un point de vue psychologique. Mon but personnel est de permettre aux athlètes d’atteindre le plus haut niveau. Pour cela je les accompagne et les conseille dans leurs prises de décisions, en mesurant les conséquences à court, moyen ou long terme. A mon sens, un agent se doit d’accompagner au quotidien les athlètes afin de leur permettre ainsi de se concentrer exclusivement sur leurs objectifs sportifs et en particulier sur leur match et leur jeu.

Quelle relation avez-vous avec les joueurs ?

Une relation professionnelle basée sur de réelles valeurs communes et une confiance mutuelle. Chaque collaboration est le fruit d’une volonté de travailler ensemble. J’ai une vision très précise de la stratégie de management et des objectifs que j’ai pour chacun de des joueurs. Au-delà de la relation professionnelle évidente, il y avant tout une relation humaine. De ce fait, j’apprécie autant l’homme que le sportif. C’est, très justement, ce qui me permet de donner le meilleur de moi-même et de m’investir au mieux en faveur de leurs projets.

Le responsable international d’un grand équipementier m’a confié il y a peu : «  Tu as aujourd’hui un team de joueurs qui te ressemble ». En une seule phrase, il a réussi à résumer ma philosophie de travail.

En tant qu’agent, quel regard portez-vous sur la communication digitale des sportifs en général ?

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont un outil de communication indispensable. Ils sont le reflet de l’athlète. Sur les réseaux sociaux, l’athlète prend la parole et partage son quotidien. Il révèle une part de sa personnalité, tant dans la manière de s’exprimer que dans son contenu des messages qu’il envoie. Il faut donc que cette communication soit maitrisée et minutieusement réfléchie, en accord avec la stratégie définie avec l’athlète.

C’est un vrai levier d’activation pour les marques et un moyen de créer une réelle proximité avec le grand public (fans…). Les marques attendent aujourd’hui un réel retour sur investissement lorsqu’elles décident de soutenir un athlète. L’image, la visibilité ne suffisent plus à elles seules.

 

 

 

C’est dans ce sens que j’ai aujourd’hui dans mon équipe un community manager, capable de réaliser une synergie entre les stratégies digitales des marques et la communication des athlètes tout en ayant la capacité de dénicher les tendances de demain.

 

C’est dans ce sens que vous avez annoncé la semaine dernière le lancement du nouveau site web de Nicolas Mahut ?

 

Mon rôle est effectivement de conseiller les athlètes que j’accompagne, autour de leur communication car elle permet d’attirer de nombreux partenaires potentiels, toujours avec la condition qu’elle soit maitrisée. La quantité de fans sur la page Facebook n’est pas le seul indicateur à prendre en compte ; la qualité et la récurrence des commentaires est également primordiale. La communication autour de l’athlète (médias, site web, réseaux sociaux) doit être le reflet de leur personnalité et des objectifs fixés. Je veille à ce qu’il y ait une réelle cohérence entre la personnalité de l’athlète, son image auprès du grand public et le choix des partenaires.

 

 

Le site de Nicolas marque un vrai tournant, il donne une nouvelle dynamique à son image parallèlement à sa progression sur le plan sportif. (Voir le site internet) Nicolas vient de réaliser une saison exceptionnelle et il atteint aujourd’hui son meilleur classement mondial, tant en simple (#39e) qu’en double (#16). Nicolas est également investi dans d’autres activités complémentaires, notamment en tant qu’ambassadeur de tournois et parrain de son association « Rêves » qui vient en aide aux enfants dont le pronostic vital est engagné. Nicolas est un grand champion, avec une histoire unique – recordman du match le plus long de l’histoire du tennis – mais également une personne attachante humble et accessible. A ce titre il est ammené a intervenir au sein d’entreprises pour transmettre les clés de la réussite sportif dans le monde de l’entreprise. Sa communication va donc dans ce sens. Le lancement de son nouveau site internet est une étape qui permet à Nicolas d’être encore plus proche de ses fans et de ses partenaires. C’est sa volonté première. Ce site internet s’intègre donc dans cette plateforme de communication, en complément de sa page Facebook et de son compte twitter (@nicomahut).

Si vous deviez donner quelques conseils pour une personne qui souhaite devenir agent ?

Être passionné, professionnel et aller au bout de ses ambitions, en se donnant les moyens de réussir.

Suivez les différents joueurs sur leur réseaux sociaux :

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire