La géolocalisation et les stades

0
876

Dites-nous où vous êtes, nous saurons quoi vous vendre.

Du marketing à la logistique, les applications de géolocalisation, boostées par l’explosion des smartphones et tablettes, semblent infinies (Yelp, DisMoiOu, …). Focalisons-nous sur cet outil marketing et sa présence dans le sport en France avec pour exemple la Ligue 1.

 

Nombreuses sont les entreprises à utiliser la géolocalisation comme outil marketing. Par exemple la chaîne de restauration Hippopotamus utilise la géoloc pour remplir ses salles à l’heure du déjeuner à coups de promos sur mobile. Le restaurant Hippo du Cnit-La Défense a, par exemple, mené campagne un mois durant, offrant – 20 % sur l’addition avec simple présentation du SMS annonçant la promo.
L’art de se géolocaliser depuis son mobile ouvre des perspectives phénoménales aux commerces. Avenir de la fidélisation, r-évolution du bouche à oreille, optimisation des forces de ventes, cet outil annonce une nouvelle dimension pour le consommacteur.

Places les plus géolocalisés sur Facebook en 2012
Places les plus géolocalisés sur Facebook en 2012

Comme le démontre l’infographie publiée par facebook en 2012, les stades sont les deuxièmes lieux les plus géolocalisés après les aéroports. D’autres infographies montrent que les lieux ou événements les plus « checked-in » partagent le caractère de divertissement (http://www.blogdumoderateur.com/geolocalisation-les-lieux-les-plus-populaires-sur-facebook/).

L’objectif de l’utilisateur et bien évidemment de partager un événement unique avec ses amis et connaissances.

 

La géolocalisation n’est plus vue comme un mouchard, mais comme un outil.

Plus qu’un outil, elle peut être vue comme un jeu par l’utilisateur. Prenons l’exemple de Foursquare qui est le leader de ce domaine. Très peu développé en France, cette application l’est beaucoup plus outre-atlantique. Alors que certains se « Check-in » de manière aléatoire, d’autres plus impliqués participent de manière beaucoup plus ludique à une chasse aux Badges.

Cette activité peut-être également vue comme un outil par les entreprises. En effet, la notion de Custormer Relationship Management ne cesse d’évoluer depuis une dizaine d’années et les entreprises ciblent de plus en plus leurs messages en fonction de la consommation des clients. Il est donc facile avec les données de géolocalisation de savoir ou telle et telle personne habite et quelles sont leurs habitudes de consommation.

 

Les supporters digitaux aiment le Check-in

La question du stade 2.0 existe depuis plusieurs années. Certains stades sont ultras connectés alors que dans d’autres il est difficile d’attraper de la 3G. Néanmoins, il est indéniable que le supporter de sport aime partager ses émotions lorsqu’il est dans une enceinte sportive. Plus qu’un spectateur, il veut être acteur.

Depuis des décennies il remplit ce rôle en chantant à tue-tête avec ses camarades. Avec l’apparition du digital, il a le sentiment de faire beaucoup plus de bruit en multipliant son activité sur les réseaux sociaux.

Assister aux matchs est la première des missions du supporter. Se géolocaliser depuis son stade devient alors un réflexe. Le but est d’assister au maximum de rencontre et donc d’être celui qui est venu le plus souvent au stade afin de se représenter comme le plus fidèle des fans.

Même si la notion de géolocalisation est peu – voir pas du tout – exploitée par les clubs, il est intéressant d’observer les chiffres en France. Nous avons focalisés notre recherche sur la compétition la plus populaire, ou le nombre de spectateur est le plus grand. A savoir la Ligue 1 :

Infrographie représentant le classement des stades les plus géolocalisés sur les réseaux sociaux Facebook et Foursquare
Infrographie représentant le classement des stades de Ligue 1 les plus géolocalisés sur les réseaux sociaux Facebook et Foursquare

On se rend facilement compte que les supporters n’ont pas attendus les clubs pour faire part de leur engouement. Concernant le Stade de France, pour ne parler que de Foursquare (impossible de trouver le chiffre Facebook) le nombre de check-in s’élève à 17 012.  La question n’est donc pas d’observer quel stade est le plus populaire sur ces outils, sachant que certains viennent de sortir de terre (Allianz Riviera de l’OGC Nice, Stade du Hainaut de Valenciennes, Grand Stade de Lille). L’intérêt ici est d’observer que les supporters s’identifient à leurs stades et qu’il serait utile d’utiliser ces outils.

Pour les clubs, c’est l’occasion de récompenser leur meilleur supporters. Mais aussi à travers les informations récupérées, de leur proposer des messages plus ciblés et donc de les fidéliser.

 

Même si le wi-fi est la 3G sont difficilement accessible dans les stades français, la géolocalisation via les réseaux sociaux est un outil qui nécessite peu de téléchargement. Il existe des  possibilités d’animation via ces outils pour dynamiser et développer les relations entre clubs et supporters.

Concours de géolocaslisation organisé par Orange sur le réseau social Foursquare
Concours de géolocalisation organisé par Orange sur le réseau social Foursquare

 

Pour terminer, je prendrai l’exemple de Orange qui depuis deux ans a activé une véritable stratégie de géolocalisation à travers les nombreux événements sportifs auquel l’opérateur est partenaire. Avec de nombreux cadeaux à la clé, l’objectif était de donner plus de forme aux partenariats de la marque, envers ses événements en faisant participer le grand public à travers le concours de Orange Champion.

 

Pour information, je ne vous ai pas attendu pour atteindre le niveau 3 et gagner de nombreux cadeaux !

 

Et vous utilisez-vous un outil de géolocalisation? qu’en pensez-vous? Ces outils ont-ils un avenir ? Comment doivent-ils être exploités?

AUCUN COMMENTAIRE

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire