Le Business du Vendée Globe 2016

0
90

Le Vendée Globe est considéré comme la « Coupe du monde en mer », pour les uns, ou l’« Everest », pour les autres. Ce tour de la planète, en solitaire, sans escale et sans assistance, est une épreuve sportive incroyable. C’est aussi un événement médiatique, qui attire de plus en plus de monde, des sponsors et donc du business.

Vendée Globe : Un Village départ ouvert 3 semaines avant le début la course !

Pour mieux se rendre compte du phénomène que représente le Vendée Globe, il suffit d’arpenter la station balnéaire des Sables d’Olonne, au cours d’un mois de novembre traditionnel. Mais, tous les 4 ans, la localité ouverte sur l’Atlantique change de dimension. Près de 300 000 spectateurs convergent pour assister au départ du Vendée Globe, à terre comme en mer. Et, le Village Départ, ouvert dès le 15 octobre, cumule plus d’un million de visiteurs.

Les quais de Port-Olona grouillent de curieux, qui observent les géants des mers, et visitent les espaces événementiels modernisés. Le principal sponsor de la course, le département de Vendée, qui détient 56 % des parts de la société organisatrice, figure en première place. Le principal contributeur a installé une tente de 1 000 m², sous laquelle un bateau de course de dimension réelle est présenté au public.

Plusieurs expositions, débats et autres vidéos, animent cet espace, le territoire vendéen n’oubliant pas de mettre en valeur ses produits du terroir, et ses atouts touristiques. L’hôtellerie et la restauration profitent indéniablement de la manne financière de ces touristes de circonstance, durant cette hors-saison habituellement peu agitée.

Marketing : les marques s’associent aux valeurs véhiculées par le Vendée Globe

Les visiteurs contemplent également une deuxième structure aussi conséquente. Cet espace est consacré aux partenaires de la course, aux sponsors des skippers, et des voiliers. Hors équipements, la location d’un espace est fixée à 350 € / m². Les marques y expriment, auprès du grand public, des collaborateurs, et des clients, leurs volontés de s’associer aux valeurs d’aventure, d’humilité, de pugnacité, et d’innovation, que renvoi cet événement sportif.

Ce marketing se traduit par des séances de signature avec des marins connus, ou des ventes de produits dérivés, depuis le blouson jusqu’au tee-shirt ! Notez que Sodebo, fleuron vendéen, et principal partenaire de la course avec 4 millions d’euros investis, y tient une place de choix. L’entreprise agroalimentaire propose des animations aux visiteurs, avec une immersion à bord d’un monocoque, via un casque de réalité virtuelle. Légèrement plus excentré, un espace de 1 000 m², dédié aux marques en lien direct avec la mer, abrite différents stands commerciaux.

Focus sur le Business Club Vendée Globe

Le Village est complété par l’espace hospitalité, inaccessible au grand public. Ce vaste espace de 3 400 m² accueille uniquement les entreprises et leurs invités, dont les membres du Business Club Vendée Globe, lancé le 28 avril 2016. Ce réseau d’entreprises, promu par l’agence Show Time, est un lieu de rencontre. Un lieu placé sous le signe de la convivialité et de l’échange. C’est l’occasion de tisser de nouveaux partenariats commerciaux, de mobiliser ses équipes internes, et de discuter avec ses clients. Dans une ambiance différente de celle du cadre du travail.

Village Entreprise Vendée Globe 2016

Ainsi, l’acquisition d’un pass de 1 500 € permettait de disposer d’un badge permanent et de convier une quinzaine de personnes. Au programme : conversation autour du bar, réunions, et tables rondes, dont une était axée sur « Le mécénat sportif et le sponsoring voile ». Au sein de ce réseau, certains skippers ont même pu décrocher des financements complémentaires, en contrepartie d’un encart publicitaire floqué sur la coque du bateau. Ces VIP ont eu l’immense honneur d’accompagner en mer les géants des mers le jour du départ du Vendée Globe.

Le Vendée Globe en quelques chiffres

  • 188 millions d’euros : retombées économiques médiatiques
  • 100 millions d’euros : retombées économiques directes du départ
  • 38 millions d’euros : recettes touristiques pour la station des Sables d’Olonne, et son territoire
  • 13 millions d’euros : budget de la course
  • 600 000 euros : dotation globale pour les skippers
  • 160 000 euros : somme perçue par le vainqueur
  • 78 jours, 2 heures, 16 minutes, et 40 secondes : record établi par François Gabard, lauréat en 2013 ; 
  • 10 kilos : le poids du trophée en bronze, conçu par les ateliers de la fonderie Philippe Macheret, remis au vainqueur

trophée Vendée Globe

Cette édition 2016-2017 du Vendée Globe battra-t-elle certains chiffres enregistrés lors de la dernière course ? Réponse dans quelques semaines !

AUCUN COMMENTAIRE

Votre avis nous interesse! Laissez un commentaire